Le bal des grenouilles  

Ça coasse.Ça chante.Ça se cache.
Une fleur, une libellule, deux grenouilles.
On les appelle Jacky et Scarlette mais eux ne s’appellent pas.
Ils préfèrent jouer à…

Ça se moque.Ça s’invente.Ça se danse.
Une cabane, une fille, un garçon.
On les pense comme ci, mais eux ne sont pas comme ça.
Ils préfèrent jouer à…

Ça se transforme. Ça se trompe.
Ça s’inverse, ça chahute, ça s’énerve, Ça s’étonne, ça se marre, ça s’emballe, ça se joue…
Ça s’arrête.

Et demain ?...
Ça recommence.

Le Bal des Grenouilles nous entraîne, sans mot, au cœur de l’imaginaire de l’enfance, ce monde de tous les possibles où le jeu n’a pas encore de contrainte. Ce ballet corporel, visuel et sonore offre un univers différent, décalé, fantaisiste et poétique, plein d’humour et de tendresse.

 
Hôtel particulier  

« Je suis petit voleur, grand faussaire, flambeur, vitriolé, dépressif, pessimiste forcené, fier, tracard, indélébile, maladroit, addict, et violent. »

Serge Gainsbourg, 1988

Auteur pudique, Gainsbourg a caché tout le long de sa vie de véritables bijoux  sous le toc des mélodies pop, il y a donc une vraie surprise à voir percé à jour les secrets de ce faussaire de luxe,  à découvrir le portrait d’un homme qu’on croyait connaître  et qu’on n’écoutait plus vraiment...

 

Ce n’est pas l’histoire de Gainsbourg qui est racontée là, mais celle d’un homme perdu dans ses pensées et qui nous donne à voir ses visions personnelles de l’homme et de la femme. L’homme qu’il aurait aimé être et l’homme qu’il est. La femme qu’il aimerait séduire et celle qu’il a.

Prisonnier des ses fantasmes, cet homme nous livre ses angoisses et ses rêves. Un conte fantastique, presque surréaliste, sans aucune référence au présent. Les textes de Gainsbourg servent juste de supports pour peindre cette histoire. En recoupant ces textes, des personnages dont la personnalité et les caractères se sont imposés d’eux même ont été mis à jour : fragiles, déprimants, amusants… surprenants, ils sont présents, humains et vivants.

 

 
Le Bourgeois Gentilhomme  

Monsieur Jourdain a un complexe, il n’est pas gentilhomme. Il se donne du mal et dépense sans compter pour avoir l'air distingué. Sujet aux flatteries, il boit les paroles de ses courtisans jusqu’à être l’objet d'une jolie mascarade, à peine plus illusoire que le but qu'il poursuit : faire partie des "gens de qualité". Le parti pris de la mise en scène se base sur l'idée que nous sommes tous des "bourgeois gentilshommes". En chacun de nous se cache le désir plus ou moins conscient d'être quelqu’un d’autre que ce que nous sommes ou pensons être. S'accepter soi-même n'est pas inné mais le fruit d'un long travail, basé sur l'observation des choses qui nous entourent. Molière nous montre comment, dans sa recherche d’un idéal, l’homme peut être amené à se moquer des ressentis et attentes de son entourage. Le comique naît naturellement du décalage entre les paroles et les actes, entre les désirs et les réalités.

 

Nous contacter

Pour nous contacter, c'est très facile. Nous sommes joignable par courrier, téléphone, ou de la manière la plus moderne qui soit : le mail.

  • Adresse : 39 rue Desse - 33000 Bordeaux
  • Tél. +33 (0)6 88 17 53 08
  • Email: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
You are here: Home Les spectacles